En ce moment
 

Accident de train à Morlanwelz: le train sinistré ne s'est pas désolidarisé du remorqueur mais s'est scindé en deux

Un%20train%20hors%20de%20contr%C3%B4le%20a%20tu%C3%A9%20deux%20cheminots%20%C3%A0%20Morlanwelz
Accident%20de%20train%20%C3%A0%20Morlanwelz%3A%20le%20point%20sur%20l
4%20enqu%C3%AAtes%20sont%20en%20cours%20suite%20%C3%A0%20l
Accident%20de%20train%20%C3%A0%20Morlanwelz%3A%20en%20direct%20avec%20Christophe%20Cl%C3%A9ment
651473,651474,651475
 

Le train qui a percuté mortellement plusieurs travailleurs d'Infrabel lundi soir à Morlanwelz ne s'est pas désolidarisé du remorqueur qui le dépannait. Le convoi s'est en fait scindé en deux pour une raison encore à déterminer, a précisé mardi l'auditeur du travail du Hainaut Charles-Eric Clesse. La partie du train endommagée dans l'accident survenu lundi matin à un passage à niveau de Morlanwelz a ensuite dévalé la pente sur une distance de plus ou moins 14 kilomètres.

Deux cheminots ont été tués et plusieurs passagers blessés lundi lorsqu'un train hors de contrôle est entré en collision avec une autre rame, ont indiqué les pompiers et la police. Le train avait été impliqué lundi matin dans une première collision avec une voiture à Morlanwelz, près de la ville de Charleroi. Le véhicule s'était enflammé et avait causé des dégâts au train. Une question subsiste ce mardi. Pourquoi et comment une partie de ce train a-t-elle pu se détacher lors de son remorquage?


Retour sur les faits

Lundi en début de soirée, un engin de dépannage s'approche du train accidenté. L'automotrice doit être accrochée à ce train de relevage pour être remorquée hors du passage à niveau endommagée, mais visiblement la manoeuvre s'avère plus compliquée que d'habitude, comme le montrent les images diffusées dans notre RTLinfo13H. "Cela ne rentre pas", déplore un ouvrier en plein effort. Les cheminots d'Infrabel doivent s'y reprendre à plusieurs reprises pour engager un anneau de remorque dans le crochet de la dépanneuse.

Finalement, le train de voyageurs est arrimé à l'engin de relevage. Après plusieurs essais de roulage, le convoi prend la direction de la gare de Piéton. C'est là, peu de temps après, que les ennuis commencent. "Lors de la manoeuvre de remorquage, et pour des raisons qui restent encore inconnues, les trois derniers wagons du train accidenté se sont détachés des trois premiers", a-t-il été indiqué lors d'une conférence de presse ce mardi en début d'après-midi.
CP
Mais ce n'est pas tout le train de voyageurs qui s'est détaché. Uniquement les trois derniers wagons. Le système d'attelage entre le train de relevage et le train endommagé n'est donc pas en cause. "Contrairement à ce qui a été indiqué dans la presse, ils ne se sont donc pas détachés du train de remorquage. Le système d'attelage entre les deux motrices du train accidenté a cédé à hauteur de Piéton, soit 4 kilomètres avant le passage à niveau de Morlanwelz", a-t-il été précisé. 

"Arrivés à hauteur du passage à niveau de Morlanwelz, tous feux éteints, ils ont fauché le groupe d'ouvriers qui travaillaient sur les voies. Le convoi a continué sa route sur dix kilomètres et a heurté un train de passagers à Bracquenies, après la gare de La Louvière-Sud", a poursuivi l'auditeur du travail.

Le convoi de voyageurs percuté était à l'arrêt à la suite de la coupure de courant sur le tronçon ferroviaire. "Un accident semblait inévitable", a encore relevé Charles-Eric Clesse. "Le temps d'appel d'urgence entre les services aurait pris entre 3 et 5 minutes, alors que l'impact avec les travailleurs s'est fait seulement 4 kilomètres plus loin. Et dévier ce convoi aurait certainement eu des conséquences plus graves car il aurait certainement percuté le train de voyageurs qu'il a croisé. Ce train était complet."

Vos commentaires

Top Facebook

Vidéos

vidéos