En ce moment
 

TENSION à Bruxelles: un chauffeur Uber, qui conduisait des diplomates mexicains, arrêté par un taximan (vidéo)

 

Les relations entre taximen et chauffeurs Uber restent très tendues dans la capitale. Selon plusieurs témoignages et vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux, des taximen, se sentant lésés, "jouent aux policiers" en bloquant leurs homologues, reconnaissables à la plaque d'immatriculation et à la vignette indiquant la région de licence (Bruxelles, Wallonie ou Flandre) de leur véhicule. Cependant, ceux-ci ne sont pas nécessairement dans l'illégalité. Les deux camps continuent d'attendre la fameuse réforme promise par la Région depuis plusieurs années.

L'altercation que vous pouvez voir ci-dessus, a été publiée sur Youtube au sein d'une vidéo qui s'apparente à un quasi reportage de 12 minutes intitulé Chaos et anarchie dans le secteur du transport rémunéré à Bruxelles. Les images ont été filmées par un chauffeur de taxi immobilisant un chauffeur Uber. Mais la même scène aurait tout aussi bien pu être publiée par l'autre acteur, le chauffeur Uber, car lui aussi a filmé la scène. En fait, chacun a filmé l'autre avec son propre smartphone, chacun voulant garder une preuve au cas où la situation dégénérerait, ou peut-être aussi pour empêcher justement que la situation s'envenime. Il y a fort parier que nous assisterons à un accroissement de ce type de comportements dans les années à venir: smartphone contre smartphone plutôt que poing contre poing, ce qui est sans doute mieux pour les visages. Mais tel n'est pas le sujet de cet article. Ce n'est pas sur la forme mais sur le fond que nous nous intéressons aux images de cette dispute qui montre à quel point la tension, montée d'un cran cet été, reste vive entre chauffeurs de taxi et chauffeurs Uber à Bruxelles, là où l'autorité régionale tarde à mettre en place une réforme qui apporterait clarté et sérénité parmi les chauffeurs.


L'affrontement entre le chauffeur de taxi et le chauffeur Uber

Mais revenons d'abord à l'affrontement. Sofien, 37 ans, est employé dans le service public. Comme d'autres, pour compléter ses fins de mois, il transporte des passagers en limousine en passant par l'application Uber. "Je suis chauffeur indépendant LVC (NDLR: Location de Voiture avec Chauffeur), sous le statut de limousine", nous indique-t-il. "J'avais une commande pour des clients de l'ambassade du Mexique en Belgique, pour déposer une délégation gouvernementale mexicaine. J'arrive à Schuman pour les récupérer. Un taximan est arrivé, il a collé ma voiture à l'arrière et est venu ouvrir ma portière. Il a agressé verbalement mes clients et les a obligés à descendre de ma voiture", raconte Sofien. "Les clients ont eu peur. C'est normal, une délégation diplomatique comme ça, qui se trouve à l'étranger, ils doivent se méfier. Et puis le gars, il était super agressif. Cela nuit à l'image du pays, et à notre image à nous. Il n'a pas à nous empêcher de travailler", juge-t-il.

Après avoir bloqué la limousine Uber, le chauffeur de taxi enclenche la caméra de son smartphone. Il sort de son véhicule et filme d'abord la vignette sur le pare-brise de la "limousine" Uber pour montrer que le véhicule roule sous licence wallonne, ce qui a son importance puisque l'un des principaux griefs des taximen envers les chauffeurs Uber est que nombre d'entre eux fraudent, roulant dans Bruxelles avec une licence wallonne alors qu'ils ne le peuvent pas, hormis dans certains cas (voir plus bas). 

Le taximan se place alors devant la portière du conducteur. Ce dernier, toujours assis dans son véhicule, a lui aussi lancé l'enregistrement vidéo sur son smartphone. Chacun filme l'autre donc. Une sorte de tournage à 360°.

Le chauffeur de taxi toque à la vitre du conducteur de limousine Uber. "Je te parle", dit-il, ouvrant la portière en demandant "T'as un contrat ou t'as pas de contrat?" Le chauffeur Uber referme sa portière immédiatement en s'exclamant "Tu touches pas à ma voiture!". Le taximan la rouvre immédiatement. "J'ai pas de contrat" lui répond alors le chauffeur Uber. "Et qu'est-ce que tu fais, pourquoi tu charges, ça s'appelle du racolage ça" lui balance le taximan.

"C'est pas du racolage, j'ai un contrat", rétorque le chauffeur de Limo.
"C'est quoi comme contrat?" renchérit le taximan qui se montre pressant.
"C'est filmé!", répète alors plusieurs fois le chauffeur Uber.
"Mais moi aussi, c'est filmé, est-ce que t'as un contrat", réplique le taximan.
"Faites pas le malin", finit par crier le chauffeur Uber.
"Est-ce que t'as un contrat?", n'en démord pas le taximan.

Les passagers Uber assis derrière interviennent alors. "On doit partir, on doit être à la gare", dit un premier passager. "Il y a une délégation officielle du gouvernement du Mexique", ajoute une autre voix, féminine.

"C'est interdit, c'est illégal. Si les messieurs du gouvernement du Mexique prennent quelque chose qui est illégal...", répond le taximan, "Uber, c'est illégal, monsieur n'a pas de contrat", poursuit-il.

Plus tard, le chauffeur Uber sort pour aller filmer la plaque du taxi. Le taximan le suit et répète encore une fois: "T'as pas de contrat, tu charges pas."

"J'appelle la police", annonce énervé le chauffer Uber. "On appelle la voiture ensemble alors", embraye le taximan.
La passagère qui veut mettre un terme à l'altercation, s'adresse à nouveau au taximan: "Il faut que cette voiture sinon vous allez avoir un problème avec l'ambassade du Mexique", menace-t-elle. La séquence s'arrête à ce moment.


Licence LVC obligatoire pour être chauffeur Uber

A la décharge des taximen, la législation est, comme souvent, très complexe. Avant, il existait l'application UberPop, qui n'imposait pas aux chauffeurs de posséder une licence. Mais ce système a été déclaré illégal à Bruxelles en octobre 2015.

La société américaine a alors rebondi en lançant UberX. Depuis lors, une licence de "Location de Voiture avec Chauffeur" (LVC) est obligatoire. Il s'agit d'une licence professionnelle détenue par les chauffeurs de limousine (qu'on surnomme parfois les "Limos").


"Racolage" interdit à Bruxelles pour les limousines sous licence wallonne ou flamande

Pourquoi le chauffeur de taxi insiste tant sur la notion de contrat? Nous avions évoqué ce problème lors d'un dossier spécial rédigé en août (La tension règne entre taximen et chauffeurs Uber: le plan taxi devient urgent). Dans celui-ci, Sam Bouchal, le porte-parole de la La Fédération belge des Taxis  (FeBet) rappelait qu'en région bruxelloise le transport par un chauffeur de limousine impliquait la signature d'un contrat au préalable (une copie du contrat doit même se trouver dans le véhicule, et une autre au siège de l'exploitant). De plus, le paiement doit être exécuté après réception d'une facture. Enfin, le contrat doit être noué pour trois heures de course au minimum et un montant plancher de 90 euros. De nombreux chauffeurs de limousine Uber ne respecteraient pas ces règles, faisant du racolage (un terme évoqué par le taximan dans la confrontation filmée), c'est-à-dire roulant sur le mode "taxi" faits de courts déplacements, sans établissement de contrat, entre deux points de la capitale, ce qui leur interdit.

Par ailleurs, pour relier deux points de la région bruxelloise, un chauffeur de limousine doit détenir une licence bruxelloise. Mais ils sont nombreux à frauder en prenant une licence wallonne ou flamande. Pourquoi? Parce que les conditions d'octroi d'une licence sont moins sévères qu'à Bruxelles. Si on veut rouler comme chauffeur de limousine avec une licence LVC, il faut notamment que le véhicule:

  • soit une berline (pas de break ni 4x4), 4/5 portes
  • que sa valeur catalogue minimum soit de 32.240€ (HTVA et hors options)
  • que son empattement (distance entre roues avant et arrière) minimum fasse 2.80m

Toutes ces exigences sont absentes en Wallonie et en Flandre. Et par ailleurs, dans ces deux régions, la licence coûte 250 euros alors qu'elle vaut 682 euros à Bruxelles.

Certains taximen repèrent les chauffeurs Uber avec licence wallonne grâce à leur plaque d'immatriculation qui commence par T-L et d'autre caractéristiques (voir notre dossier publié en août), puis les abordent et les bloquent et essaient de les empêcher de travailler. Parfois, ils appellent la police dans l'espoir qu'elle vienne contrôler le chauffeur Uber afin de constater une fraude. Dans les cas les plus graves, les esprits s'échauffent et on déplore des dégâts matériels. "D'autres collègues ont déjà eu de tels problèmes. J'ai un collègue qui, par exemple, a eu toutes les vitres de sa voiture cassées", déplore Sofien. "Moi, je suis allé porter plainte, et j'attends de voir ce que ça va donner", précise-t-il.

Par contre, si le chauffeur Uber qui a une licence wallonne dispose d'un "bon de commande" établi à l'avance et qu'il vient de Wallonie à Bruxelles pour y chercher un client, il est dans la légalité. Voilà pourquoi sans doute le taximan exige de voir le "contrat" lors de la discussion.


Se faire justice soi-même

Les taximen peuvent logiquement se sentir lésés si un chauffeur Uber avec une licence wallonne, et n'ayant pas signer un contrat au préalable, vient déambuler dans Bruxelles pour trouver un client. C'est clairement une concurrence déloyale. Toutefois, même si le chauffeur Uber n'a pas de bon de commande établi préalablement (et qu'il se met donc en tort par rapport à la législation), le taximan n'a en aucun cas le droit de faire justice lui-même en empêchant son confrère de travailler. Encore moins, évidemment, en le menaçant ou en s'en prenant à lui ou son véhicule. La seule réaction permise est de contacter les autorités, sinon il se mettra aussi en tort. Les syndicats de taxis ne disent pas autre chose.

Par ailleurs, si le chauffeur Uber a un bon de commande, il est dans la légalité totale. Le taximan n'a donc pas à intervenir d'une quelconque manière et tant que la législation sera ce qu'elle est, il doit l'accepter.

"J'avais déjà eu des doigts d'honneur, des insultes ou des choses comme ça. Mais une telle agressivité, je n'avais jamais vu", déclare Sofien. Des dérapages comme celui-ci se sont produits à plusieurs reprises au cours des derniers mois. C'est presque devenu banal, à entendre Sofien: "J'ai plein de collègues qui ont eu ce genre d'histoire. Au début, ils étaient nombreux à porter plainte, mais il n'y avait pas de suite. Alors maintenant, ils ne réagissent plus trop, pour ne pas perdre du temps pour rien."

Ces faits ne concernent bien entendu qu'une minorité de taximen. La FeBet dément d'ailleurs avoir jamais donné pour mot d'ordre d'entraver un chauffeur Uber. Et dans le message d'un taximan adressé à ses collègues et que nous avons reçu cet été, on pouvait lire la consigne d'appeler la police en cas de repérage d'un chauffeur Uber mais de ne manquer de respect ni au client ni au chauffeur.


Et le Plan Taxi, il en est où ? "Le gouvernement doit décider de la marche à suivre"

Si les dissensions sont nombreuses entre chauffeurs de taxi et chauffeurs Uber, il existe néanmoins un point sur lequel tout le monde s'accorde: la solution est politique, et pour les deux camps, le gouvernement bruxellois doit agir, et vite! Cela passe par le Plan Taxi sur lequel planche le ministre de la Mobilité Pascal Smet depuis de nombreuses années.

Quels sont les grandes lignes du plan? Aujourd'hui, il y a deux systèmes qui coexistent: d'une part celui des taxis, de l'autre celui des chauffeurs de limousine. Le but est de tout ramener à un seul système avec les mêmes règles pour tout le monde. Petite révolution, la licence ne serait plus liée à un véhicule mais bien à un chauffeur, ce qui empêcherait la vente en noir des licences et l'accumulation des licences par un exploitant. Le "numerus clausus" de chauffeurs et de véhicules seraient augmentés. On pourrait avoir 1800 taxis au lieu des 1300 actuels et le nombre de chauffeurs grimperait à 3600 au lieu de 3000.

Mais quand sera appliqué ce plan ? "Le dossier est entre les mains du gouvernement qui doit décider de la marche à suivre", nous a répondu Marc Debont, porte-parole du ministre bruxellois de la Mobilité, Pascal Smet. Ce dernier a évoqué deux possibilités: la réforme du secteur du transport rémunéré des personnes qui mettra fin aux zones grises de la législation actuelle qui rend possible l’action de certains aujourd’hui dans la capitale ou... le maintien de la situation actuelle.

Vos commentaires

Meteo et Mobilite

Suivez-nous sur Facebook

Top Facebook

Vidéos

vidéos