En ce moment
 

Employé de banque depuis 10 ans, Kevin a tout plaqué pour changer complètement de métier: "Certains m'ont dit que j'avais tort"

Employé de banque depuis 10 ans, Kevin a tout plaqué pour changer complètement de métier:
 

Cet habitant de Ville-Sur-Haine dans le Hainaut a réaliser son rêve. Passionné par la pub, cet homme de 35 ans est devenu indépendant et produit désormais des spots publicitaires et des voix off. Récit d'une reconversion professionnelle.

"J'ai travaillé plus de 10 ans dans une banque et j'ai décidé de créer mon activité dans la production audio-voix off", débute Kevin via le bouton orange Alertez-nous. Après ses études de publicité-infographie et deux ans d'expérience dans le secteur de la distribution, l'habitant de Ville-Sur-Haine dans la commune du Roeulx décroche un job dans une banque. Durant dix ans, il enfile son costume de conseiller commercial. "Je travaillais en contact direct avec les clients pour les conseiller en gestion courante, placements, crédits et assurances", commente-t-il.


Pas d'épanouissement dans son travail de conseiller commercial

Mais les années passent et le jeune homme devenu trentenaire et père de famille ne s'épanouit plus dans cet emploi. "Je ne me retrouvais absolument plus dans mon travail. C'était de plus en plus de contraintes. Ma santé commençait à en prendre un coup", se souvient Kevin.


Indépendant complémentaire d'abord

Alors qu'il travaille à la banque depuis sept ans, le banquier décide de consacrer son temps libre à ce qu'il aime faire: la production audio. A partir de 2013, ayant pris le précieux statut d'indépendant complémentaire, bien pratique quand on veut démarrer une activité et voir si ça prend, produit alors des spots publicitaires pour les chaînes de télévision et radios locales. Il propose ses services en tant que voix off (mettre sa voix sur des images). Et c'est une véritable révélation. 


L'activité a pris de l'ampleur, il fait le grand saut

Enfin dans son domaine de prédilection, l'homme prend conscience qu'il s'éteint peu à peu dans un emploi qui ne lui convient plus. Il en est désormais convaincu... son avenir est dans la publicité. "Mon activité commençait à prendre de l'ampleur. Je me suis dit qu'il fallait que j'y consacre plus de temps et que je devais arrêter de travailler à la banque", détaille le trentenaire. 

Après mûre réflexion et le soutien d'Aurore, sa compagne, Kevin franchit le pas en mai 2017 et se lance à 100% dans sa passion. "Je me suis dit que si à 35 ans je ne prends pas un virage dans ma vie professionnelle, ce n'est pas à 45 ou 50 ans que je vais commencer à me remettre en question. Je pense que c'était le bon moment pour le faire", pense le père de deux enfants.


"Je suis mon seul patron"

Aujourd'hui, Kevin éprouve d'abord une sensation de liberté. "Désormais, je suis mon seul patron. Je ne dépends de personne... sauf de mes clients. Mais en ce qui concerne mon activité, c'est moi qui décide tout de A à Z. Je n'ai plus de compte à rendre à personne", confie Kevin.

Il travaille souvent avec Domenico, un ami infographiste. Les partenaires sont complémentaires et s'entraident au quotidien. Leur collaboration enrichit ce qu'ils peuvent offrir aux clients. "Désormais on peut proposer une solution audiovisuelle complète aux gens. On s'occupe du tournage, du montage et de la voix off. J'ai un catalogue de comédiens qui travaillent pour moi. Cela permet de proposer différents styles de voix aux gens. Ces derniers choisissent celle qui correspond le mieux au message qu'ils veulent faire passer", précise-t-il.
DomKev
Kevin et Domenico


"Il faut se battre"

Kevin avoue cependant que tout n'a pas été facile. Trouver de nouveaux marchés n'a pas été évident au début. Heureusement, le créateur de Need Voice avait déjà quelques clients réguliers avant de quitter son emploi à la banque. 

Même si l'homme est soutenu dans son choix par sa compagne, ses parents et de nombreux amis, certaines personnes, inquiètes pour lui, tentent de le dissuader. "De manière générale j'ai été encouragé. Mais des gens m'ont dit que j'avais tort de quitter mon boulot car j'avais la sécurité de l'emploi. Ils se disent que j'avais une place à la banque, que j'étais bien, que j'aurais dû finir ma carrière là", lance Kevin.

Capture d
Capture d'écran d'une vidéo Need Voice

"Mon activité me plait à 300%"

L'indépendant est conscient que faire ce choix constituait un risque. Sa décision n'a pas été prise à la légère. "Je suis père de famille avec toutes les responsabilités que ça implique. C'est toujours plus délicat de quitter un statut de salarié où on a cette garantie, ce salaire fixe tous les mois. Une fois que l'on passe indépendant à temps plein, on prend un gros risque car on ne sait pas de quoi demain sera fait. Mais j'essaie de mesurer tous ces risques pour éviter de me mettre dans une situation compliquée, que ce soit au niveau familial ou financier. Il faut se battre et tout mettre en œuvre pour avoir du travail et rentabiliser son activité", raisonne l'ex-employé qui ne regrette pas un seul instant son choix. Grâce à ce changement audacieux, son rêve est devenu réalité. "J'exerce une activité qui me plait à 300%", se réjouit-il.
photo-au-micro2

Vos commentaires

Meteo et Mobilite

Suivez-nous sur Facebook

Top Facebook

Vidéos

vidéos