En ce moment
 

Les malfrats qui ont saboté les lignes Proximus l'ont-ils fait pour cambrioler une banque? Des similitudes posent question

 

Le parquet de Namur se penche sur le vol d'une banque ce week-end à Auvelais. L'alarme ne s'est pas déclenchée, car les installations Proximus ont également été vandalisées. Le parquet cherche à savoir s’il y a un lien entre les deux affaires. Christophe Clément, Justine Roldan Perez, Michael Danse et Alain Hougardy ont tenté d’en savoir plus pour le RTLinfo 13H.

Dans la nuit de samedi à dimanche dernier, des malfaiteurs sont parvenus à s’introduire dans de l’agence Belfius d’Auvelais. Plusieurs coffres de particuliers contenant des valeurs sont fracturés sans qu’aucun système d’alarme ne se déclenche. "Lorsque l’employé s’est rendu à la banque le lendemain matin, il a constaté immédiatement qu’il y avait un problème et que finalement, on s’était introduit dans la banque", a expliqué Charlotte Fosseur, magistrat de presse du parquet de Namur-Dinant, au micro de Christophe Clément et Justine Roldan Perez pour le RTLinfo 13H.


Le cambriolage s’est produit alors que des lignes Proximus venaient d’être sabotées à trois kilomètres

Le montant du butin n’a pas été divulgué, mais ce qui interpelle, c’est le moment du cambriolage. Il s’est produit alors que des lignes Proximus venaient d’être sabotées à trois kilomètres de là. Le système d’alarme qui utilise ce réseau ne pouvait donc plus fonctionner. "Il y a une similitude de lieu, le vol s’est passé à Auvelais et les dégradations se sont passées à Tamines. Il y a une similitude de temps, on est vers 00h-1h du matin", a encore détaillé Mme Fosseur.


Certains spécialistes s’étonnent qu’un lieu sensible ne soit pas mieux protégé

Les malfrats ont-ils sectionné les câbles Proximus avant de cambrioler la banque ? L’enquête devra le déterminer, mais certains spécialistes s’étonnent qu’un lieu sensible ne soit pas mieux protégé. "Les installateurs qui sont agréés ont ce qu’on appelle des bottes secrètes et le système de gardiennage derrière analyse la situation en disant ‘Je n’ai plus d’informations pendant 1-2 minutes, j’appelle soit la police, soit le système de gardiennage", a fait remarquer Philippe De Clerck, installateur agréé d’alarmes, face à la caméra de Michael Danse et Alain Hougardy.

Pur hasard ou nouvelle méthode des bandes organisées ? C’est en tout cas la deuxième fois en quelques semaines que les installations de l’opérateur téléphonique sont visées. Le 11 novembre dernier, à Namur, c’est une cabine technique qui avait été volontairement incendiée.

Vos commentaires

Top Facebook

vidéos