En ce moment
 

Un salarié du privé sur cinq a renoncé à un arrêt maladie prescrit

Un salarié du privé sur cinq a renoncé à un arrêt maladie prescrit
Selon une étude, 34,1% des salariés du privé ont eu au moins un arrêt dans l'année pour maladieJEAN-PIERRE MULLER
 
travail

Près de 20% des salariés du secteur privé ont renoncé à un arrêt maladie pourtant prescrit par leur médecin traitant en 2016, selon une étude publiée mercredi.

Cette étude sur l'absentéisme au travail du leader en assurance santé et prévoyance Malakoff Médéric, précise que 19% des arrêts de travail prescrits au cours des 12 derniers mois précédant l'enquête, réalisée en octobre 2016 par l'Ifop, n'ont pas été respectés, dont 7% "ont été pris mais pas en totalité" et 12% "n'ont pas été pris".

Parmi les 19% de salariés qui n'ont pas respecté leur arrêt maladie, 72% indiquent l'avoir directement refusé et 28% l'avoir accepté dans un premier temps avant d'aller tout de même travailler.

Selon une autre étude du même groupe, réalisée sur toute l'année 2016 et portant sur 61.000 entreprises et plus de deux millions de salariés, 34,1% des salariés du privé ont eu au moins un arrêt dans l'année pour maladie, un chiffre stable depuis 2013. Les salariés du privé ont été absents 12 jours par an en moyenne (arrêts longue maladie inclus), a précisé à l'AFP Anne-Sophie Godon, directrice Innovation du groupe Malakoff Médéric.

Les 30-39 ans sont les plus touchés mais la durée des arrêts augmente avec l'âge.

Les salariés qui ne prennent pas leur arrêt maladie avancent comme principales raisons dans la première étude le fait qu'il n'est "pas dans (leurs) habitudes de se laisser aller" (48%), la "peur d'être surchargé de travail au retour" (29%) ou de se "sentir contraint par la hiérarchie" (22%).

Pourtant, 39% d'entre eux "regrettent" après coup de ne pas avoir respecté l'arrêt maladie prescrit tandis que 65% d'entre eux disent être conscients de l'impact de leur refus sur la "baisse de leur productivité au travail" et sur la "qualité de leur travail".

50% sont également conscients que cela risque d'avoir un impact négatif sur leur santé à moyen ou long terme.

Parallèlement, un salarié sur dix a volontairement demandé un arrêt maladie à son médecin, soit 11% des actifs, "notamment les salariés-aidants ou les 18-34 ans", précise la première étude à questions multiples par thème traité, portant sur 2.000 salariés et 300 médecins généralistes qui ne sont pas leurs médecins traitants.

Les médecins interrogés expliquent de leur côté avoir adressé "souvent" ou "parfois" des patients à un médecin du travail parce qu'ils avaient "un doute sur la durée nécessaire de l'arrêt maladie "(68%), parce qu'ils "voulaient échanger sur l'adaptation nécessaire du poste de travail" (68%) ou faciliter un retour à l'emploi (75%).

Les salariés les plus concernés par les arrêts de travail sont les ouvriers (40,7% absents au moins une fois) devant les employés (34,5%), les agents de maîtrise et les techniciens (36,2%), et les cadres (27,8%).

L'industrie, le BTP et la santé sont les secteurs les plus touchés, l'absentéisme étant par ailleurs "très corrélé à la taille de l'entreprise". Ainsi, le pourcentage de salariés ayant eu au moins un arrêt dans l'année va de 28,5% dans les entreprises de moins de dix salariés à 36,1% dans celles de plus de 5.000 salariés.

Les maladies ordinaires représentent la première cause des arrêts (29%) devant les troubles musculosquelettiques (TMS) (18%), les troubles psychologiques ou une grande fatigue (17%), ceux liés à un accident du travail ou un traumatisme (11%), suivis des maladies graves (4%) et chroniques (3%).

Vos commentaires

Top Facebook

Vidéos

vidéos