En ce moment
 

Dominique est payée 2.900 euros par mois pour ne rien faire… depuis 15 ans: "Ma honte est incommensurable"

 

Dans l’émission C’est pas tous les jours dimanche, le témoignage de Dominique Detry, une fonctionnaire de la province de Namur, payée pour ne rien faire depuis 15 ans.

Fonctionnaire de la province de Namur, Dominique Detry gagne 2.900 € net par mois. En 2000, après avoir manqué injustement un poste de direction, elle est déplacée à titre transitoire à la bibliothèque provinciale. Un poste qu’elle ne quittera plus. Aujourd’hui, aucune tâche ne lui est attribuée. Une situation que la fonctionnaire vit très mal.

"En qualité de fonctionnaire, je le répète, je ne fais rien mais en qualité d’être humain, je consacre mon temps et mon énergie à défendre les collègues de plus en plus nombreux qui sont victimes de harcèlement moral au travail", a expliqué Dominique Detry.


"C'est très dur pour moi"

Durant les 5 premières années de son inactivité "forcée", elle dit avoir dormi ou pleuré: "Il m’a fallu 5 ans pour m’acclimater à la situation". Elle sous-entend même avoir été tentée par le suicide, mais ses proches et les médecins l’ont aidé à ne pas sombrer.

Christophe Deborsu lui a alors fait remarquer que 2.900 euros par mois (hors période de maladie) pour ne rien faire, c’est plutôt confortable. "Mon salaire est enviable, je le reconnais. Mais la honte que j’ai depuis 15 ans comme fonctionnaire convaincue du bien collectif et public, là c’est incommensurable. Oui, je me sens très très humiliée depuis toutes ses années, c’est très dur pour moi mais maintenant, ça va". Sa hantise, c’était qu’on lui demande: que faites-vous? Et elle n’osait pas répondre.


"Je n'ai pas fait Sciences-po pour aller servir le café aux réunions"

La chroniqueuse Emmanuelle Praet lui a aussi demandé pourquoi elle ne démissionnait pas. "Je suis chef de famille, je suis la seule à faire bouillir la marmite et quand on se retrouve en situation de harcèlement moral conscient, on n’a plus la force, on n’a plus d’énergie, on n’a plus confiance en soi. On pense même que la photocopieuse ne nous reconnaîtra pas", a alors confié Dominique Detry.

Jean-Marc Van Espen, député MR et président du Collège provincial, a rétorqué qu’on avait fait plusieurs propositions à madame Detry, qu’elles n’auraient pas acceptées. Celle-ci a répondu qu’on ne lui avait fait qu’une seule proposition qui n’était pas en accord avec ses compétences. "Je n’ai pas fait Sciences politiques pour aller servir le café aux réunions", a-t-elle souligné.


Pas d'évaluation depuis plus de 15 ans

Et pour licencier la fonctionnaire, il faudrait que celle-ci ait commis une faute grave ou alors une évaluation négative. Seulement, sa dernière évaluation date de plus de 15 ans. D’après Jean-Marc Espen, la fonctionnaire ne serait plus évaluée car son responsable craindrait une éventuelle action en justice pour harcèlement.

Une situation inacceptable pour le chroniqueur Alain Raviart: "Madame n’est plus évaluée depuis 2000. M’enfin, la responsabilité est d’abord chez vous, c’est hallucinant", a-t-il pointé tout en rajoutant qu’il y aurait d’autres cas que celui de Dominique Detry dans l’administration. "Ce qui est terrible, c’est qu’on jette l’opprobre sur l’ensemble de la fonction publique", a encore estimé Alain Raviart.

Vos commentaires

Top Facebook

vidéos