En ce moment
 

"C’est un petit z***": Jean-Denis Lejeune réagit aux propos de Christian Panier

 

Dans l’émission C’est pas tous les jours dimanche, Jean-Denis Lejeune, le papa de Julie, a témoigné après l’interview de l’ancien juge Christian Panier qui avait estimé dans Sudpresse qu’il aurait pardonné à Marc Dutroux.

"Le pardon est possible mais il faut voir la gravité des faits. Quand on a enlevé ma fille, qu’on l’a maltraitée et violée, qu’on l’a laissée mourir de faim, enfermée dans une cache. Je ne vois pas où est la place pour le pardon à Dutroux, Martin et consorts", a confié Jean-Denis Lejeune, le papa de Julie.


Les victimes, sur un piédestal?

Christophe Deborsu a également relevé le fait que Christian Panier parlait d’une tendance à la "victimolâtrie", une mise excessive des victimes sur un piédestal.

"Je ne me considère pas comme une victime, la victime c’est ma fille. J’essaye de faire mon devoir de père et faire changer les mentalités dans ce pays et le fonctionnement des institutions qui ne fonctionnent pas correctement. J’essaye de transformer l’expérience négative qu’on a vécue avec la disparition et la mort de ma fille en expérience positive", a rétorqué Jean-Denis Lejeune.



"Dutroux va bientôt entrer dans les conditions pour être libéré"

Jean-Denis Lejeune qui estime aussi que "l’intervention de Christian Panier n’est pas innocente dans le processus". "On est en train de préparer le peuple belge à la libération de Dutroux. Il va bientôt rentrer dans les conditions pour être libéré, c’est la loi belge qui le permet et qu’au 2/3 de sa peine si des arguments positifs en sa faveur sont pris en compte par les médecins et par le Tribunal d’application des peines, Dutroux sera remis en liberté", a-t-il souligné.

 

Vos commentaires

Top Facebook

vidéos