En ce moment
 

Koen Geens ferme face aux émeutes de samedi soir à Bruxelles : "Mon vœu personnel est qu'on soit TRÈS sévères"

 

Invité de Martin Buxant à 7h50 sur Bel RTL, le Ministre de la Justice est revenu sur les émeutes survenues samedi soir dans la capitale.

Après les émeutes de samedi soir, plusieurs questions se posent. On voit des casseurs piller allégrement durant des heures les magasins. Que faisait, la police?

Je ne suis pas compétent pour la police locale de Bruxelles. Je crois que la police n'avait pas pensé qu'un tel risque se présenterait, et a donc dû attendre jusqu'au moment où il y avait assez de forces. Pour l'instant, j'ai pris contact avec le parquet de Bruxelles, on a mis en œuvre une stratégie d'enquête qui fait qu'avec toutes les vidéos et tous les films qu'on a pu prendre, on va reconstituer autant que faire se peut ceux qui ont fait ces dégâts.


Est-ce normal que 4 jours après ces émeutes, il n'y ait toujours eu aucune arrestation?

Il faut faire la distinction entre privation de liberté et arrestation. Il y a eu des privations de liberté qui soit n'étaient pas convaincantes, soit on a remis les gens en liberté pour ne pas avoir une enquête judiciaire et pouvoir les juger plus vite. Parce que dès qu'on les met en prison, il y a une enquête judiciaire qui pourrait prendre du temps. En janvier, le rappeur dont il était question hier, sera jugé par le tribunal correctionnel de Bruxelles?


Est-ce que vous avez autorité pour demander au parquet, au procureur, d'être d'une sévérité exemplaire dans le cadre de ces émeutes?

Non je n' l'ai pas parce que le parquet est tout à fait indépendant, selon la Constitution mais il va de soi que je suis de très près et que je suis informé de la rapidité avec laquelle l'enquête va être menée. On va mettre la police judiciaire renforcée sur l'affaire. On a 300 images déjà, et mon vœu personnel est qu'on soit très sévères.


Quand on voit ce qu'on a dit, est-ce que vous diriez qu'il y a des zones de non-droit à Bruxelles?

Je crois que, connaissant la place de la Bourse assez bien, cela ne devrait pas être une zone de non-droit. Mais quand on n'estime pas d'avance qu'un tel risque puisse se présenter, ça devient automatiquement une zone de non-droit parce qu'ils étaient trop nombreux. Donc j crois que la prochaine fis, on sera mieux préparés.


Il y a un défaut de prévoyance de la part des autorités?

Je ne suis pas certain, c'est une enquête qu'a demandé le ministre de l'intérieur à l'inspection générale de la police, et donc attendons les résultats pour voir ce qui s'est passé.

Vos commentaires

Top Facebook

Vidéos

vidéos