En ce moment
 

Maggie De Block: "Les femmes enceintes doivent pouvoir travailler plus longtemps"

 

La ministre de la Santé publique Maggie De Block (Open VLD) souhaite que les femmes enceintes puissent travailler plus longtemps. Elle affirme samedi dans une interview accordée à La Libre Belgique et La Dernière Heure vouloir que ces dernières soient moins écartées de leurs emplois. "On veut donner à plus de femmes la possibilité de continuer à travailler. Il faut un changement d'attitude", explique la ministre.


"D'un côté, cela coûte à la Sécu, de l'autre, elles gagnent moins et peuvent rater une promotion"

"On nous dit sur le terrain qu'on écarte même quand il n'y a aucun danger pour les travailleuses et leur bébé. Pendant tout ce temps, elles touchent l'assurance-maladie, et pas leurs revenus. D'un côté, cela coûte à la Sécu. De l'autre, elles gagnent moins et peuvent rater une promotion. Ce n'est pas positif pour elles", observe-t-elle. "Il faut laisser le choix de faire un autre travail en cas de risque ou de continuer le même travail, si c'est possible. Les employeurs ne sont pas obligés d'écarter les travailleuses enceintes. Nous sommes en discussion avec le patronat. On verra comment faire", poursuit la ministre libérale.


"On ne descendra pas en dessous des 3 jours, il y a des limites"

Elle affirme en outre qu'elle ne va pas imposer la durée de trois jours d'hospitalisation après un accouchement, bien que la tendance va dans cette direction. Avant la moyenne était de 4,1 jours pour un accouchement normal. "On ne descendra pas en dessous des 3 jours. Il y a des limites", garantit-elle.


"C'est mieux pour moi et ma santé"

Dans le RTLinfo13H, nous avons rencontré Josiane qui vient d'accoucher de son premier enfant, une petite fille, Emilia. Dans la vie, elle est technicienne orthopédiste. Elle crée des prothèses et des semelles. Un métier assez lourd qui l'a contraite à prendre son congé de maternité, il y a deux semaines, soit une semaine de plus que le minimum légal.

"Ma patronne m'a dit que je pouvais choisir et que ce n'était pas un problème si j'arrêtais une ou deux semaines avant. C'était mieux pour moi et ma santé", a-t-elle confié au micro de notre journaliste Thibault Balthazar. 

Josiane a donc pu négocier le début de son congé prénatale avec son employeur. Une chance que n'aurait donc pas toutes les femmes, selon la ministre de la santé Maggie De Block.

La durée légale du congé de maternité est de quinze semaines. Obliger une femme à débuter son congé prénatale plus tôt serait la contraindre à retourner au travail plus tôt également.

"Légalement, la femme peut continuer de travailler s'il n'y pas de pathologies obstétricales et s'il n'y a pas de risques liés au travail", explique Frederic Debiève, le responsable de l'unité des grossesses à risques de Saint-Luc. "Maintenant, empêcher des pressions au niveau de l'employeur qui demanderait à prendre un arrêt de travail, ça me semble difficile."

Maggie De Block serait en pleine discussion avec le patronat pour discuter des modalités pratiques de cette future mesure. Nous n'avons pas réussi à joindre la Ministre ce samedi matin.

Vos commentaires

Top Facebook

Vidéos

vidéos