En ce moment
 

Budget wallon - Deux gros points de divergence entre le ministre et la Cour des Comptes

Budget wallon - Deux gros points de divergence entre le ministre et la Cour des Comptes
 

(Belga) Le ministre wallon du Budget, Jean-Luc Crucke, a défendu lundi en commission du parlement wallon les prévisions de l'exercice 2018, que la Cour des Comptes critique dans ses observations. L'anticipation d'une inexécution de crédits et les prévisions de recettes de l'amnistie fiscale focalisent les divergences entre le gouvernement MR-cdH et la Cour.

La Cour des comptes avait souligné que l'estimation du solde des organismes pararégionaux (UAP) intégrait une inexécution présumée des crédits d'un montant de 106,4 millions d'euros. Elle jugeait donc les hypothèses gouvernementales non-réalistes et, s'interrogeant sur d'autres points budgétaires, "corrigeait" même le solde de financement à -358 millions d'euros, au lieu des -217 millions que le gouvernement MR-cdH avait présentés à l'issue de son conclave d'automne. Pour le ministre Crucke (MR), l'explication se trouve dans le fait que le gouvernement a, pour la première fois, anticipé dans l'élaboration du budget un montant de crédits qui ne seront probablement pas exécutés, et que les gouvernements précédents ne comptabilisaient qu'en fin d'exercice. Il assure que l'estimation de 106,4 millions d'euros reste prudente par rapport aux 114 millions d'inexécutés en 2015 et aux 199 millions de 2016. Autre point de divergence entre le ministre et la Cour: les recettes attendues de l'amnistie fiscale (DLU-Quater). Si le Fédéral estime que 100 millions des recettes devront revenir en 2018 à l'ensemble des Régions, le gouvernement wallon en a déjà budgété 70 millions pour lui seul. "Montant surestimé", critique la Cour qui en prévoit plutôt 35 millions. M. Crucke le conteste, tout en rappelant l'existence du "buffer" de 31 millions d'euros. Il ajoute que si les 70 millions d'euros ne sont pas atteints, "on modifiera les conditions du volet régional de la DLU quater" en réenvisageant la durée du mécanisme (actuellement limitée à 2020) et en modifiant les montants, "que certains jugent confiscatoires". (Belga)

Vos commentaires

Top Facebook

Vidéos

vidéos