En ce moment
 

Budget fédéral - Le gouvernement ne doute pas qu'il déjouera les mauvais augures

Budget fédéral - Le gouvernement ne doute pas qu'il déjouera les mauvais augures
 

(Belga) Les ministres du Budget et des Finances, Sophie Wilmès et Johan Van Overtveldt, se sont montrés confiants mardi sur le respect des objectifs que le gouvernement s'est fixé dans son budget 2018, et ce malgré les doutes, parfois sérieux, exprimés par la Cour des comptes et la Commission européenne.

La Cour a formulé plusieurs observations sur certaines recettes attendues par le gouvernement. La Commission européenne a épinglé le projet de budget pour risque de non-conformité avec le Pacte de stabilité et de croissance. Entendu lundi, le représentant européen a cité un risque d'une détérioration du solde structurel des finances publiques de 0,1% alors que le gouvernement s'attend à une amélioration de 0,3%. Les années passées, les avertissements européens étaient comparables mais la Belgique s'en est mieux tirée que prévu, a fait remarquer Mme Wilmès (MR) en commission des Finances de la Chambre, citant notamment un taux de croissance en hausse: 1,3% attendu par la Commission pour 2017 alors qu'il est actuellement question d'1,7%. Idem pour le solde: -1,2% de déficit nominal (non structurel) d'1,2% selon les dernières estimations, contre -1,5% pour l'Europe. "Même si nous comprenons cette démarche prudente, force est de constater que cette méthode de travail (de la Commission europenne, ndlr) n'a jamais été validée par les chiffres définitifs publiés par l'Institut des Comptes nationaux pour 2015 et 2016", a ajouté la ministre. Le ton était aussi à l'optimisme chez le ministre des Finances. "Tous les signaux sont au vert pour faire mieux que prévu en 2018", a M. Van Overtveldt (N-VA). Le gouvernement s'est accordé sur une réforme de l'impôt des sociétés censée être neutre budgétairement. Cette neutralité est sujette à caution. Une étude de la Banque nationale sur l'ensemble de la réforme est attendue le 5 ou 6 décembre. Un monitoring minutieux sera mis en place. M. Van Overtveldt a toutefois rappelé l'importance qu'il y avait à prendre des mesures dans un environnement européen de concurrence fiscale exacerbée entre les Etats. "Ne rien faire mènera indubitablement à un déplacement d'activités vers d'autres pays, dans le pire des cas à des délocalisations effectives, pour de pures raisons fiscales". (Belga)

Vos commentaires

Top Facebook

Vidéos

vidéos