En ce moment
 

Bientôt la semaine de 4 jours de travail? Di Rupo explique comment y parvenir sans grosse perte de salaire

 

Ce lundi matin, le président du PS, Elio Di Rupo était l’invité de Martin Buxant sur Bel RTL. Il a notamment parlé des différentes émeutes qui ont eu lieu ces dernières semaines à Bruxelles, de l’impôt sur les grandes fortunes, mais surtout de la semaine de quatre jours de travail.


Semaine de 4 jours de travail pour lutter contre le chômage

Cette réduction du temps de travail fait partie des 170 engagements que les membres du PS ont approuvés lors du congrès qui se tenait dimanche. Pour le président du PS, la numérisation que connaît actuellement notre société implique cette réduction du temps de travail, car les nouvelles technologies réduisent le volume de travail. "On a encore un chômage massif, il y a encore 490.000 personnes qui sont à la recherche d’un emploi. Si on réduit le temps de travail et qu’on engage d’une manière complémentaire, on va réduire le volume de chômage et ça, pour moi c’est quelque chose d’essentiel, parce que la dignité des gens, c’est aussi de pouvoir travailler et d’avoir des revenus décents", a-t-il insisté.


Comment moins travailler sans perdre de salaire?

Martin Buxant a voulu savoir comment cette réduction du temps de travail était réalisable sans que les travailleurs ne perdent de salaire. "Aujourd’hui, il y a des réductions de cotisations patronales (…) et bien on peut réduire les cotisations sociales patronales pour les entreprises, les institutions qui accordent cette réduction du temps de travail. Ainsi, l’employeur n’a quasi rien à dépenser ou très peu à dépenser. Par ailleurs, quand on engage un chômeur, aujourd’hui un chômeur a une allocation de chômage, cette allocation de chômage peut être accordée à l’employeur durant un certain nombre d’années, ce qui réduit considérablement le coût de l’employeur. Par ailleurs, il y a la réorganisation du travail, l’accroissement de la productivité. En France, par exemple, il y a eu beaucoup de programmes de cette nature et pour être simple, les gens qui gagnent moins de 1.500 euros net garderaient leur salaire, ceux qui gagnent plus perdraient par exemple 3 à 4% et au lieu de travailler cinq jours travailleraient quatre jours", a-t-il détaillé.

Elio Di Rupo a ensuite expliqué que cette réduction du temps de travail se ferait sur base volontaire. "On doit s’adapter secteur par secteur, entreprise par entreprise, institution par institution, car chaque situation est tout à fait différente", a-t-il insisté.

Vos commentaires

Top Facebook

Vidéos

vidéos