En ce moment
 

Thaïlande: funérailles royales grandioses, orchestrées par la junte

nGED_ID
nGED_ID
nGED_ID
nGED_ID
nGED_ID
nGED_ID
nGED_ID
nGED_ID
 
histoire

(Belga) Les funérailles grandioses du roi de Thaïlande, en présence notamment de la reine Mathilde, ont marqué jeudi la fin d'un deuil d'un an décrété depuis la mort de celui qui avait un statut de demi-dieu, savamment entretenu par une junte militaire et un nouveau roi soucieux de tenir les rênes du pays.

Le corps du roi Bhumibol Adulyadej, décédé le 13 octobre 2016 à 88 ans, était conservé depuis au palais, entouré d'un constant cérémonial bouddhiste, régulièrement diffusé en direct à la télévision. Au petit matin jeudi, la cérémonie a officiellement débuté avec l'arrivée, 20 minutes en retard, de son fils, le roi Maha Vajiralongkorn, descendu de sa Rolls Royce en costume militaire d'apparat rouge. Les moines bouddhistes ont alors entonné une prière, le nouveau roi présidant aux rituels, ses sujets rampant devant lui comme le veut la tradition. L'urne de bois précieux dans lequel les corps des rois sont traditionnellement conservés jusqu'à leur crémation devait ensuite être transportée du palais vers le crématorium grandiose construit pour l'occasion. Le cercueil du roi, qui n'avait pas voulu se plier à la coutume de l'urne, a été discrètement déplacé dans la nuit dans la tour centrale du crématorium doré. Le bûcher doit être allumé par le nouveau roi, Maha Vajiralongkorn, à 22H00 locales (17H00 HB). Jeudi matin, plus de 200.000 Thaïlandais étaient massés, selon les autorités, le long du tracé du convoi funéraire, dont de nombreux avaient passé la nuit dans la rue. Le roi Bhumibol détenait le record mondial du plus long règne, ayant passé plus de 70 ans sur le trône. Son statut de demi-dieu a été cultivé depuis des décennies de culte de la personnalité le présentant comme le garant de la stabilité d'un pays marqué par de profondes divisions politiques, entre ultra-royalistes et réformateurs. Pour ses funérailles, la junte aux manettes du gouvernement et la monarchie, qui est une des plus riches au monde, n'ont pas renoncé aux dépenses: la cérémonie et la construction du site de la crémation est estimée à 90 millions de dollars (plus de 76 millions d'euros). Parmi les représentants de familles royales du monde entier présents: la reine Maxima des Pays-Bas, ainsi que la reine Sofia d'Espagne et la reine Mathilde de Belgique. (Belga)

Vos commentaires

Meteo et Mobilite

Suivez-nous sur Facebook

Top Facebook

Vidéos

vidéos