En ce moment
 

Les supermarchés en Belgique n'abandonnent PAS les sacs en plastique au rayon des fruits et légumes: voici leur stratégie

Les supermarchés en Belgique n'abandonnent PAS les sacs en plastique au rayon des fruits et légumes: voici leur stratégie
 

Le sac en plastique constitue un véritable désastre écologique. S'ils l'ont éliminé à leurs caisses, nos supermarchés le maintiennent au rayon des fruits et légumes. Pourquoi? Sans répondre clairement à la question, Delhaize, Carrefour, Match et Colruyt nous exposent leurs politiques.

"C'est quand même dingue", soupire Frédéric, via notre bouton orange Alertez-nous. En se baladant dans le rayon frais de son Delhaize, le quadragénaire a constaté avec dépit que pour emballer les fruits ou légumes vendus en vrac, le supermarché continuait à mettre des sachets traditionnels en plastique non biodégradables à disposition de ses clients. Alors que, se souvient Frédéric, il n'avait vu que des sachets biodégradables aux "fruits et légumes" des grandes surfaces en France et en Italie.

Les grandes enseignes de la distribution ne veulent-elles pas en finir une fois pour toute avec le plastique dans notre pays? La législation a pourtant changé. Mais nous sommes actuellement dans une période de transition. En Wallonie, l'interdiction des sacs en plastique à usage unique sera d'application le 1er décembre 2018. À Bruxelles, elle a lieu en deux temps: depuis le 1e septembre 2017 on ne peut plus distribuer de sacs en plastique à usage unique en caisse, et dans un an, le 1er septembre 2018, on ne pourra plus en distribuer du tout.

Les alternatives écologiques au sac en plastique conventionnel existent déjà et pas depuis hier. Il y a par exemple les "bio bags", sacs en "bio plastique". Il s'agit de sacs biodégradables et compostables composés, la plupart du temps, d'amidon de maïs et qui ressemblent à s'y méprendre aux traditionnels sacs en plastique. Il y a aussi les sachets en papier.

Les supermarchés vont devoir s'adapter. Mais ceux-ci, malgré les solutions alternatives, ne semblent donc pas excessivement pressés de retirer les sachets en plastique aux fruits & légumes. Nous les avons consultés afin de recevoir une explication. S'ils n'ont pas apporté de réponse claire, ils ont toutefois exposé leurs politiques et leurs visions pour le futur en matière de sacs.


Delhaize: pas de réponse sur le plastique

Le groupe belgo-néerlandais se défend en précisant qu'un grand nombre de ses magasins donnent aussi des sachets en papier, "depuis 2014", précise Florence Maniquet, porte-parole du groupe. Pourquoi ne pas avoir remplacé entièrement les sacs en plastique par des sacs en papier ou biodégradables? L'enseigne n'apporte aucune réponse à cette question et évoque le nécessaire changement de comportement du consommateur.


Delhaize: seul le bio est pré-emballé dans du biodégradable

"Il n’existe aujourd’hui aucune alternative qui soit vraiment durable à tous les niveaux, considère pour sa part Roel Dekelver, responsable de la communication chez Delhaize. L’alternative la plus durable étant celle de réutiliser son sac, tout simplement. C’est là que nous devons changer les habitudes des consommateurs et Delhaize peut jouer un rôle. Nous allons tester en octobre un sac réutilisable en coton dans 5 magasins."

Des efforts ont par contre été consentis dans les emballages du bio. "Tous les fruits et légumes bio préemballés" le sont "dans des matériaux biodégradables, confectionnés à base d'amidon de maïs", indique Florence Maniquet.


Pourquoi le bio doit-il être pré-emballé dans les grandes surfaces?

Il faut savoir que la législation belge impose de séparer bio et non bio. Les deux types de produits ne peuvent entrer en contact. "En magasin il faut qu’il y ait une séparation nette entre les deux stockages. Et une information claire pour le consommateur doit être visible. Les grandes surfaces choisissent donc d’emballer les produits bio pour pouvoir les identifier facilement", explique BioWallonie. "Nous avons fait le choix d'emballer le bio, parce que ses volumes sont beaucoup plus petits (moins de déchets emballage)", détaille pour sa part Colruyt via son porte-parole.


Marquage au laser du bio: Delhaize promet une économie de 13 tonnes de déchets d'emballage par an

Delhaize se targue d'avoir lancé, en février dernier, un système permettant de se passer complètement d'emballage pour produits bio. "Cela s'appelle le natural branding, explique la Communication Manager chez Delhaize. Il s'agit d'une technologie permettant 'd'imprimer' le label bio sur la peau des légumes en la dépigmentant grâce un laser". Pour l'instant, Delhaize a muni ses courges butternut de ce logo et compte, petit à petit, l'apposer sur vingt autres légumes bio, comme les concombres, les courgettes, le potiron, etc. "Mais le système a ses limites, car tous les fruits et légumes bio ne pourront pas être munis du logo, comme les tomates dont la peau est trop fragile", précise un communiqué de presse.

L'enseigne considère avoir trouvé un bon moyen de se passer d'emballage tout en permettant au consommateur de différencier les produits bio des produits non issus de l'agriculture biologique (les produits bio représentant 10% des légumes et 7% des fruits vendus chez Delhaize). "Le système permet à notre entreprise de réduire les déchets d’emballage de pas moins de 13 tonnes par an", annonce un communiqué de presse. C'est dire le poids que représente la quantité d'emballage nécessaire au conditionnement des légumes non bio!


Carrefour: le sac en plastique conventionnel toujours dans les rayons

Dans son rayon fruits et légumes, rien de neuf chez Carrefour. L'enseigne met à disposition des sacs en plastique conventionnels. Deux alternatives sont actuellement à l'étude: le sac textile et le sac biodégradable. "Nous sommes en train de mener des enquêtes auprès de nos clients afin de savoir ce qui les intéresserait, explique Baptiste van Outryve, porte-parole de Carrefour. En effet, il serait inutile d'opter pour le sac biodégradable ou pour le sac textile si nos clients étaient peu enclins à l'utiliser".


Carrefour: le sac en papier pas intéressant car il faut "6x plus de camions"

Et le sac en papier? "Contrairement à ce que l'on peut penser, il n'est pas si intéressant au niveau écologique, nuance Baptiste van Outryve. Nous avons remarqué que pour le transporter, on a besoin de six fois plus de camions que pour les sacs en plastique. Et puis, il est moins étanche et pèse plus lourd".


Carrefour: "Toutes nos herbes bio sont vendues dans un emballage biodégradable"

Chez Carrefour aussi, on insiste sur les initiatives prises ces derniers temps pour réduire l'empreinte écologique de la marque. "Toutes nos herbes bio (basilic, menthe, etc.) sont vendues dans un emballage biodégradable", souligne le porte-parole. Les "pots" sont remplacés par des équivalents compostables et les "housses d'emballage [sont] faites de PLA bio (du plastique biodégradable ou issu de matières renouvelables, ndlr)", indique le site internet de Carrefour. "Nous sommes aussi le seul grand distributeur à mettre à disposition de nos clients un emballage biodégradable pour le pain, rappelle Baptiste Van Outryve. Ces sacs, dont l'encre est à base d'eau, ont remplacé deux millions de sachets traditionnels".

Quant aux fruits et légumes bio préemballés, ils ne sont pas spécialement conditionnés dans des emballages respectueux de l'environnement: "Certains sont emballés à l'aide de bio plastique mais pas tous", admet le porte-parole.


Pas d'emballage biodégradable chez Match

Chez Match, on utilise des sacs en plastique traditionnels, confirme la directrice marketing et communication, Sabine Muller. "Mais le client emballe ou pas ses fruits et légumes en vrac puisque la pesée est assistée en caisse, précise-t-elle. Il y a donc énormément de clients qui n'emballent pas leurs denrées fraîches et préfèrent les disposer directement dans leur caddie. Cela évite le suremballage". Au sein de cette enseigne, la réflexion est également en cours. "Nous sommes en train de chercher des options aussi bien comme des sachets papier ou sachets en bioplastique, mais notre priorité reste la sécurité alimentaire et la traçabilité, sans oublier le coût économique que tout cela représente. En effet, le sachet biodégradable est plus cher que le conventionnel. Nous n'avons pas envie de faire porter le coût de ces sachets sur les fruits et légumes."


Colruyt: là aussi, toujours des sacs en plastique au rayon fruits et légumes

Le groupe Colruyt a plusieurs enseignes: Colruyt, OKay et Spar. Toutes proposent encore des sachets en plastique conventionnels pour emporter fruits et légumes en vrac. La porte-parole précise néanmoins que les emballages des produits bio en vrac sont plus respectueux de l'environnement, telles que les "plaquettes en carton recyclable, de fins films (en plastique) transparents, des barquettes en plastique, des filets, etc.".

Toutefois, Colruyt est connu pour ses fameuses caisses en carton disponibles aux entrées des magasins pour diminuer l'usage des sacs en plastique. "La durabilité est pour nous une priorité et nous avons déjà pris un certain nombre d’initiatives dans ce sens assure la porte-parole, qui cite notamment l'introduction des plaquettes en carton recyclables pour la charcuterie en tranches. (…) En plus, nous étudions différentes alternatives, comme par exemple la technique de marquage au laser", communique la porte-parole.
bioplaneta

Magasins Bio-Planet: plus d'emballage et uniquement des sachets bio-dégradables

Le groupe Colruyt a lancé en 2001 ses magasins Bio-Planet, où l'entièreté des produits vendus sont bio et où tous les fruits et légumes y sont proposés en vrac. Résultat: pas besoin d'emballage puisqu'il n'y a aucun risque de les mélanger avec des produits non bio (voir plus haut l'obligation de séparer bio et non bio). Et pour les transporter à la maison, "des sachets biodégradables (à base d’amidon) sont mis à la disposition de nos clients", explique Silja Decock, responsable presse chez Colruyt.


Que vont devenir tous ces sachets en plastique conventionnels?

Comme nous l'expliquions, les grandes surfaces sont contraintes de trouver une solution car la législation est en train de changer. Que feront-elles de tous ces sacs en plastique interdits? Les enseignes vont-elles se retrouver avec un stock à écouler? "Nous n'aurons pas de stock en trop car nous gérerons les commandes de sacs en fonction des besoins", promet Sabine Muller, porte-parole de Match. Même discours chez Carrefour. "Étant donné que les législations sont décalées, nous transférerons certains sacs en plastique dans d'autres magasins afin de les écouler de façon stratégique", promet le porte-parole. Chez Delhaize, c'est encore l'incertitude. "On verra ce qu’on va faire avec", répond Roel Dekelver, responsable communication.

Quant à Aldi et Lidl, les deux enseignes n'ont pas répondu à nos questions.


Au final, quelle est la meilleure solution? La réutilisation, estime Ecoconso

Après avoir fait le tour des supermarchés, une question subsiste: les sacs biodégradables ou en papier constituent-ils vraiment une bonne solution écologique ? "Non, tranche Renaud De Bruyn, chargé de mission en matière de déchets et d'alimentation pour Ecoconso, association basée à Namur qui encourage des comportements et des modes de consommation respectueux de l'environnement et de la santé. S'il est fait à base de végétaux, comme l'amidon de maïs, il va falloir en produire pour le confectionner. On peut donc entrer en concurrence avec des cultures alimentaires", argumente-t-il. Le sac biodégradable va disparaître, c'est un fait, mais demandera beaucoup d'énergie pour être confectionné. Le sac réutilisable resterait donc la solution la plus écologiquement responsable et intéressante. "D'un point de vue environnemental, le sac jetable, quel qu'il soit, ne se justifie pas: il faut un sac réutilisable", estime l'expert.

Vos commentaires

Top Facebook

Vidéos

vidéos